Catégories
Recruteurs et commerciaux IT

Recruteurs, et si on parlait des bases ?

La période de confinement est propice à la réflexion, au questionnement. Y compris en matière de recrutement. D’ailleurs, Hélène a abordé le sujet avec son article : « Et si c’était le moment de recruter mieux ? » que je vous invite à lire si ça n’est pas déjà fait 😉. Dans ce billet, je voulais partager avec vous les bases du métier qui sont fondamentales pour moi.

⚠️ Tout ce qui va suivre ici est subjectif, individuel, non exhaustif, et bien sûr, je n’ai pas la prétention de dire que ce qui est fondamental pour moi, le sera pour vous. Article à prendre avec du recul.

C’est quoi le recrutement ?

A la base, de la base, il y a la définition de ce qu’est le recrutement. J’ai repris celle de Laurent Brouat dans son article « C’est quoi le recrutement ? » :

C’est l’ensemble des actions et des étapes qui vont permettre de trouver une personne qui correspond à un poste donné pour une organisation donnée.

Recruter, pour moi, c’est trouver la bonne personne, pour le bon poste et dans le bon timing. Du coup, en lisant ceci, vous comprenez assez bien que l’une des variables de l’équation c’est la personne. On parle bien d’humain. Et d’ailleurs, c’est souvent un paramètre qui revient quand on demande à un recruteur pourquoi il a choisi son métier : « pour les autres« , « pour l’humain« .

Alors, j’ai essayé de profiter de ce temps + calme pour me poser la question de savoir quels sont finalement les basiques, les fondamentaux que j’applique dans mon quotidien de recruteuse.

Base 1 : Savoir pourquoi vous faites ce métier

Invariablement, c’est LA base absolue, la n°1. Pour moi, recruter c’est apporter de bonnes nouvelles 💌, avoir l’opportunité de changer la vie des autres 🎈. Car oui, pour beaucoup encore, signer un CDI peut être synonyme de faire des projets comme fonder une famille, acheter une maison, etc.

Recruter c’est aussi exercer un métier exigeant, parfois ingrat, pas toujours (bien) reconnu. C’est le revers de la médaille. Alors, dans les moments plus difficiles, si vous n’exercez pas ce job avec passion, envie, détermination, à quoi vous raccrocherez-vous ?

Certaines personnes atterrissent dans l’univers du recrutement par hasard, par dépit, par défaut. Dans certains cas, ça peut être une révélation, une réussite. Mais pas pour tout le monde. Une chose que j’ai observé durant mes 10 années de parcours de recruteuse en ESN, c’est que le recrutement, soit on adore ❤️, soit on déteste 💔.

Donc, si vous souhaitez exercer ce métier dans la durée, veillez à ne jamais oublier pourquoi vous l’avez choisi à l’origine. Accrochez-vous à cette raison, à votre passion, pour ne pas vous essouffler en cours de route.

Base 2 : Les candidats ne sont pas des kleenex

En ESN (désolée, je ne peux parler que de ce que je connais), la partie métrique / chiffres / quantitatif est … bien développée 😁. On cherche à obtenir toujours plus.

  • + de CV
  • + de préqualifications
  • + d’entretiens
  • + de propositions
  • + de contrats signés

Dans un système tel que celui ci, la tentation peut être grande 👉🏻 de faire du sourcing de masse, 👉🏻 de spammer les candidats pour les approcher, 👉🏻 de les voir en entretien sans raison pour avoir un bon reporting en fin de semaine. Stoppez tout ⛔️ !

Encore une fois, on parle de candidats et donc de personnes, qui ont une vie, une famille, des attentes, des rêves, des émotions. N’oubliez pas que même si vous êtes aujourd’hui recruteur, vous avez été un jour (et sans doute le serez-vous encore) candidat. Restez humble et professionnel en toutes circonstances.

Petites choses toutes bêtes ➡️ Lorsque vous recevez un candidat en entretien dans vos locaux par exemple, pensez à réserver une salle d’entretien ou un espace propice à l’échange, à proposer un verre d’eau / un café, à être à l’heure, à expliquer le déroulé de l’entretien, à être accueillant, à veiller à ce que le manager qui réalise l’entretien (seul ou avec vous) soit ponctuel et poli. Ca parait idiot. C’est du bon sens, non 😂 ? Pourtant, dans la réalité, quel recruteur n’a pas vécu de situation gênante car l’une de ces petites choses n’était pas respectée ? 🙄

Base 3 : Savoir ce que vous cherchez

« Il me faut un dev mobile iOS ASAP » ➡️ voici ce que votre manager vous donne comme indication pour traiter un nouveau besoin en recrutement. La fameuse demande post-it dont Hélène parle dans son article. Est-ce suffisant pour bien faire le job ? Négatif ❌.

En ESN, un recruteur jongle avec une liste à rallonge de besoins, et pas forcément tous dans le même domaine / métier. Ainsi, dans l’IT, un recruteur pourra rechercher des développeurs (ok mais sur quelle techno ?), des administrateurs (système ou réseaux ou les 2 ?), des devOps, des pentesteurs (hein ?), bref … vous avez saisi l’idée. Il ne peut pas tout connaître.

Un recruteur n’est pas technique (sauf si c’est un ancien dev comme Sylvain 😅), s’il n’a pas les bons imputs pour chercher le profil correspondant, ça ne marchera pas. Il perdra du temps, le manager en perdra aussi avec le risque in fine de perdre la prestation.

D’où l’importance pour le recruteur de réaliser le brief de départ et de se renseigner sur les métiers qu’il recherche (je vous renvois pour la 3ème fois à l’article d’Hélène, Helloooooo ! 👋🏻). Il faudra aussi que le recruteur soit à l’aise avec le projet de sa boite (à la base de la base) et qu’il soit en capacité de la présenter au delà des chiffres clés, des valeurs et du blabla visibles sur le site carrière.

Base 4 : Rester authentique

Que vous soyez recruteur depuis 10 ans ou que vous démarriez dans le métier, je ne peux que vous conseiller d’être aligné avec vous-même. Vous allez très probablement changer de société en cours de carrière. En revanche, votre image et la façon dont vos candidats se rappellent de vous, ça, ça ne changera pas.

Ca nous arrive à tous de nous tromper et je ne dis pas que vous n’avez pas le droit de faire d’erreurs. Bien sûr, ça pourra vous arriver d’avoir 10 minutes de retard à un entretien OU d’oublier d’appeler un candidat OU de ne pas avoir fait un retour rapide après entretien, etc. L’important c’est de réaliser votre erreur, de corriger le tir (en vous excusant par exemple, tout bêtement) et de mettre en place l’action adéquate pour ne pas reproduire ce schéma.

Et puis, quand vous choisirez votre société d’appartenance, posez-vous la question de savoir si vous êtes fier d’en faire partie, si vous vous reconnaissez dans le discours et les valeurs à partager car vous serez en 1ère ligne pour donner envie aux candidats de faire partie de l’aventure. Je le dis en connaissance de cause car il m’est arrivé par le passé de ne plus réussir à débiter un discours en lequel je ne croyais plus. Et là, pour être convaincant, c’est mission impossible 😅.

Soyez fier d’être recruteur !

Voilà, vous connaissez maintenant mes bases côté recrutement. Et vous, quelles sont les vôtres ?

3 réponses sur « Recruteurs, et si on parlait des bases ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.