Catégories
Séances de coaching

Je suis optimiste…

il ne m’apparait pas très utile d’être quelque chose d’autre.

Haaaa, quelle superbe phrase ! J’aurais bien aimé l’écrire, mais Winston Churchill l’a fait avant moi. Respect

optimisme – n.m.
1.Tournure d’esprit qui dispose à prendre les choses du bon côté, en négligeant leurs aspects fâcheux.
2. Sentiment de confiance dans l’issue d’une situation


Donc, je suis une optimiste. Je veux être une optimiste. Je décide d’être une optimiste

Mais non, Béatrice. L’optimisme ça ne se décide pas. Toi tu es une optimiste, mais c’est parce que c’est dans ta nature. On est de nature pessimiste ou de nature optimiste.

Pas d’accord ! (d’ailleurs, pas d’accord en général sur le « c’est dans ta nature »… mais ça ce sera peut être pour un autre article !)

Reprenons au tout début de l’histoire…

Nous avons tous et toutes au moins un point commun : nous avons été des bébés optimistes

Savez-vous qu’un bébé tombe environ 2000 fois avant de savoir marcher ?

Faire un pas… tomber… se relever… avancer un pas de plus… retomber, se relever… faire un pas de plus…
Et puis, au bout de 2000 chutes, après s’être remis debout 2000 fois… marcher, enfin

Alors ? Si ce n’est pas de l’optimisme, ça !

Nous avons donc, toutes et tous, enfouie plus ou moins profondément, une petite voix qui nous dit : « rappelle toi, tu es tombé, certes, 2000 fois, certes, mais tu ne pensais pas que c’était impossible, alors tu l’as fait !  » (Mark Twain me pardonnera d’avoir adapté sa phrase à la situation)

Et si on décidait d’écouter cette petite voix ?…

OK, il n’est pas évident d’être optimiste dans cette période de confinement

Terriblement anxiogènes, ces informations qui tournent en boucle.
Terriblement sombre cette crise économique qui nous attend
Terriblement incertain cet avenir que l’on nous prévoit…

Que l’on nous prévoit ? ON prévoit MON avenir ?
HA NON !
Hors de question de laisser quelqu’un m’imposer SA vision de l’avenir, surtout dans ces moments difficiles, surtout cette vision là

Il faut comprendre que le pessimisme ou l’optimisme n’ont rien à voir avec la réalité. Ils sont fonction de la représentation que l’on se fait du réel.

Boris Cyrulnik

Décider d’être optimiste, c’est donc prendre le pari de croire que notre perception du monde peut apporter un changement positif dans toutes les aventures et les situations.

Vous ne voyez pas comment changer votre représentation du réel et votre perception du monde ?
Allez, je vous prête mes lunettes !

A partir du moment où on décide de mettre ces lunettes, on trouve plein d’idées, faites moi confiance !

Par exemple, on décide de noter tous les jours, une chose agréable qui nous est arrivée. Sur un cahier, dans une boite… ou en vous abonnant et en utilisant le #etcacestsuper que vous trouverez qui existe sur LinkedIn. Une sorte de réserve d’optimisme que chacun complète et partage avec les autres

Une autre idée ?
J’ai choisi de faire mes apéroZoom (avant les apéros pour de vrai dès la réouverture des cafés) uniquement avec des gens qui ont aussi des lunettes roses !
Par exemple, avec Lola qui voit toujours le bon coté des choses et qui est super sympa, plutôt qu’avec Laurent, qui râle tout le temps contre tout le monde.
Au moins, avec Laura, on boira un verre à moitié plein !

J’ai aussi éteint les chaines d’information en continue. Ca limite les risques d’entendre des gens assez terrifiants comme ce journaliste qui parlait d’une crise économique a-po-ca-lyp-tique. Apocalyptique ? Sans blague !
Et je ne m’attarde plus avec mon cousin qui parle uniquement de complots politiques, de masques manquants et de la fin du monde (je lui ai proposé mes lunettes roses, mais il n’en veut pas)

Evidemment, on va avoir une crise économique costaud. Je peux l’annuler ? Non. Je peux obliger mes clients à m’appeler et à me signer des contrats ? Non. Je peux garantir qu’il n’y aura personne qui va profiter de cette crise pour s’enrichir encore plus ou pour relancer un ultra-libéralisme encore plus ultralibéral ? Non

Mais…

A à la place de BFM TV je peux lire cette interviews de Dirigeants du Réseau Entreprendre ou du CJD dans la Tribune. Un concentré d’optimisme, qui parle du pouvoir de la RSE et de l’opportunité que représente cette crise pour construire une économie différente

Et je peux envoyer un petit courrier sympa à mes clients pour leur faire un coucou et leur parler d’avenir…
Et je peux envoyer des sms doux ou rigolos à mon fils et le voir rire sur skype…
Et je peux remarquer toutes ces initiatives solidaires, toute cette créativité, toutes ces nouvelles idées, tous ces « ensemble »…
Et je peux aller plonger mes mains dans la terre, sentir l’odeur délicieuse de mon jasmin ou faire du pain pour la première fois…

On peut faire tellement de choses avec des lunettes roses !

En fait, l’optimisme, c’est comme un super-pouvoir qu’on a tous et toutes en nous. Mais un super-pouvoir, ça se découvre, ça se travaille et ça s’entretient. Allez hop, au boulot !

Et je vous laisse mes lunettes roses, j’en ai plein d’autres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.